Mais qu’il est beau….

•5 février 2023 • 3 commentaires

Le chat de Pallas

https://www.francelive.fr/article/france-live/chat-de-pallas-ou-manuls-quelle-est-cette-espece-decouverte-au-sommet-de-l-everest-7854134/

Intéressant… ils peuvent vivre sur l’Everest … incroyable !

Des chats de Pallas auraient été découverts par des scientifiques dans les montagnes de l’Everest, à plus de 5000 mètres d’altitude. De ce décédant du léopard, aux poils longs et tachetés, il ne resterait plus que 50 000 individus dans le monde.

A plus de 5000 mètres d’altitude, dans le parc national de Sagarmatha, deux chats ont été découverts par des scientifiques. Si ces derniers sont si heureux de cette découverte, c’est parce que ce sont des chats très rares qui ont été observés : les chats de Pallas autrement appelés Manuls.

De cette espèce menacée, qui figure sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), il ne resterait que 50 000 ou 60 000 individus dans le monde, notamment en Russie ou en Asie centrale, où l’on en trouverait quatre tous les 100 km carrés, rapporte le Journal du Dimanche.

Il s’agit d’un chat sauvage, il n’est pas vraiment destiné à nos contrées et nos habitats, même s’il est très mignon, il vaut mieux le laisser vivre sa vie !

Charles Rennie Mackintosh

•1 février 2023 • Un commentaire

Un coup de coeur !

Que de belles créations de ce créateur, architecte et aquarelliste écossais.

Il est le principal représentant de l’école de Glasgow, courant issu du mouvement Arts & Crafts, qui influencera le mouvement Modern Style, pendant anglo-saxon du style Art nouveau.

La « Rose Mackintosh »….

Le 14 juin 1900, Charles Mackintosh épouse Margaret MacDonald à Dumbarton, près de Glasgow20. Depuis les débuts de leur collaboration, la plus grande partie de son travail mélange son style propre à celui de sa femme, plus souple et floral, rehaussant ainsi son travail plus formel et rectiligne. Comme son contemporain, Frank Lloyd Wright, les projets architecturaux de Mackintosh comportent souvent des indications importantes concernant les détails de la décoration et du mobilier de ses immeubles. Mackintosh développe progressivement un nouveau style, s’éloignant des influences Arts & Crafts16. Ainsi ses créations se tournent vers la nature et ses motifs floraux avec des courbes douces, comme le motif dit de la « rose Mackintosh », auxquels s’intègrent des références à l’architecture écossaise traditionnelle16.

Quelle beauté …

( Extraits de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Rennie_Mackintosh )

Océan…

•11 janvier 2023 • Laissez un commentaire

.. dans toute sa splendeur mise en valeur par le photographe Matt Burgess.

A voir via ce lien :

Photographer Spends Hours in the Ocean Capturing the Different “Moods” of Waves

Tout simplement magnifique !!!

Tom Hegen, photographe aérien, artiste visuel…

•5 janvier 2023 • Laissez un commentaire

A découvrir sur le site : https://mymodernmet.com/tom-hegen-salt-works/

Une merveille que les photographies de cette nature-artiste !

En ce 1er janvier 2023….

•1 janvier 2023 • Laissez un commentaire

Jacques Brel l’a tellement bien dit :

Pigeon voyageur en attente….

•16 septembre 2022 • Laissez un commentaire

A la gare des Guillemins, à Liège… 😉

souvenir…

Godard….

•15 septembre 2022 • Laissez un commentaire

AU PROGRAMME Bonsoir. C’est pas possible, perdez-vous la boule? Sont-ce vos nouveaux verres progressifs qui vous jouent des tours? Anna Karina se tient devant vous, en pleine forme, et vous tend un disque de Bach, secondée par la Vierge qui vous susurre dans un halo bleuté «Je vous salue Jean-Luc». Vous rétorquez machinalement Je vous salue Marie, mais vous sentez bien que quelque chose ne tourne pas rond. Tiens, depuis combien de temps avez-vous les pieds dans l’eau? Sur la berge, Belmondo récite: «Voilà ce dont il s’agit: te montrer toi, vivante, pensant à moi, et me voir en même temps moi, vivant par celà-même.» Il a un ara sur la cuisse, vous n’êtes pas sûr de bien comprendre. Bah. Des voix au loin s’émeuvent, vous n’auriez ni descendance ni héritiers, vous seriez une pythie, le cinéma en personne, on sort les archives, on parle de vous au passé, et quand vous regardez le ciel entre les étoiles, vous ne pouvez voir que ce qui a disparu. Tout cela est de plus en plus louche, seriez-vous mort?

Quelques nouvelles très fraîches du service Culture de Libération.

à lire sur Libération.fr

Belle nuit à vous…

Impressionnant….

•21 août 2022 • Laissez un commentaire

Les «pierres de la faim» révèlent des messages alarmants lorsque les fleuves s’assèchent

Des roches gravées il y a plusieurs siècles ressurgissent de fleuves en République Tchèque et en Allemagne dont le niveau baisse… Sur ces « pierres de la faim », des écritures mettent en garde contre les conséquences de la sécheresse.

La Rédaction de l’Avenir

Publié le 20-08-2022 à 23h00

Les «pierres de la faim» révèlent des messages alarmants lorsque les fleuves s’assèchent
©AP / SIPA

Le passé parle au présent le long des fleuves. Tout au long des siècles et à l’occasion d’épisodes de fortes sécheresses, des gens ont gravé des messages de mise en garde dans la roche près de l’Elbe et dans le Rhin. Ces écritures se sont révélées cet été avec la baisse du niveau de l’eau.

L’une des pierres les plus connues se situe à Decin, en République Tchèque. Cette ville est nichée dans une cuvette d’un massif qui borde l’Elbe. Le message nous dit « Si vous me voyez, pleurez »… La sécheresse a toujours été une menace pour l’humanité, au travers de mauvaises récoltes, de famine, et de déshydratation.

Par rituel, les habitants du bord de ces deux fleuves inscrivent la date, ainsi que leurs initiales, à chaque fois que l’eau laisse place à ces témoins de l’histoire. Selon Der Spiegel, celle de Decin date de 1616. La plus ancienne inscription a été gravée en 1417. Et la dernière fois que l’on a pu voir ces « pierres de la faim » en Europe, c’était en 2018 sur les rives de l’Elbe.

Selon Andrea Toreti, chercheur principal au Centre commun de recherche de la Commission européenne cité par Euronews « Notre analyse indique en effet que des débits extrêmement bas affectent presque tous les fleuves européens. Le Rhin par exemple, pour n’en citer qu’un, ce qui cause de gros problèmes… »

https://www.facebook.com/plugins/video.php?height=476&href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FTRT.Francais%2Fvideos%2F477791590473875%2F&show_text=false&width=476&t=0

Plus qu’une fois dormir….

•4 août 2022 • 2 commentaires

et…. au Stade Roi Baudouin j’irai voir…

Wawwwww…. j’adoooooooooooore !
merci ma Nao !!! Trop hâte !!!

Je meurs de chaud….

•3 août 2022 • Laissez un commentaire

On peut réellement mourir de chaud, mais à quelle température?

« Je meurs de chaud ! » C’est une expression que l’on entend à longueur de temps par ces journées où le mercure s’affole. En réalité, on peut littéralement mourir de chaud. Mais à quel degré la température devient-elle mortelle ?

Avec le dérèglement climatique, les vagues de chaleur sont de plus en plus fréquentes et intenses. L’être humain peut tolérer la chaleur jusqu’à un certain point. Mais avec l’accélération du changement climatique, ce seuil de tolérance risque désormais d’être franchi chaque année, et en plusieurs endroits du monde.

En réalité, la résistance humaine à la chaleur ne dépend pas de la température seule. Tout dépend du taux d’humidité dans l’air : une chaleur humide peut être mortelle à 37ºC, tandis qu’une chaleur sèche sera supportable, même s’il fait près de 50ºC. C’est ce que les scientifiques nomment la « température du thermomètre mouillé », ou température humide.

Combinaison fatale

Au quotidien, notre corps travaille pour réguler sa température interne, en moyenne de 36,6ºC. En cas de fortes chaleurs, il produit de la transpiration. Si la chaleur est sèche, celle-ci va s’évaporer, avec un effet rafraîchissant pour le corps.

Mais en cas de forte humidité, l’air est déjà saturé en eau (en vapeur). Conséquence : le mécanisme d’évaporation de votre transpiration (et donc d’évacuation de chaleur) est bloqué. Et votre corps chauffe de l’intérieur.

En moyenne, il prendra un degré toutes les 45 minutes. En moyenne, les chances de survie sont compromises une fois que la température corporelle avoisine les 41ºC. Ça, c’est pour la température interne. Mais à quelle température extérieure ce phénomène intervient ?

Des seuils différents

Tout dépend donc de cette combinaison température/humidité. « La limite extrême au-delà de laquelle on ne peut plus survivre est 35-40ºC dans des environnements très humides, entre 40 et 45 ºC à 50 % d’humidité et au-delà de 50ºC dans des environnements très secs », précise Thibault Laconde, ingénieur spécialiste des risques climat, à Atlantico.

Si ce seuil est dépassé, la seule solution est de trouver un endroit plus frais. Dans le cas contraire, même à l’ombre, même bien hydraté et même en bonne santé : la chaleur peut être mortelle en quelques heures seulement.

Un phénomène amené à être récurrent

Les épisodes de chaleur inédits qu’ont connu l’Europe, l’Inde ou encore les États-Unis ont mis en évidence la dangerosité du dérèglement climatique pour la santé humaine. L’Inde ou le Pakistan ont déjà connu des décès en raison de la chaleur. Et selon les projections, ce seuil au-delà duquel il devient impossible de se rafraîchir devrait être atteint de plus en plus régulièrement, et dans des zones de plus en plus larges.

(source:metrotime.be)

 
%d blogueurs aiment cette page :