10 ans déjà….

•10 octobre 2020 • Laisser un commentaire

que j’ai commencé ce blog… mince…

Je reprends cet article de l’Obs de ce matin, avec lequel je ne suis pas vraiment d’accord…

Et les yeux ???? Vous ne souriez donc jamais avec les yeux ? J’en ai vu plein de beaux sourires, de caissières, d’infirmières, de gens croisés en rue… et ils sont d’autant plus agréables ou appréciables…

Rendez-nous les sourires !

LE CLIN D’ŒIL DE SERGE RAFFY. La guerre sanitaire nous impose les masques, à juste titre. Mais que devient une société où les sourires ont disparu de l’espace public ? Sujet secondaire ? Pas si sûr…

Par Serge RaffyPublié le 10 octobre 2020 à 09h00

Imaginez la « Joconde » masquée. Ce sourire angélique, bienveillant, ce léger frémissement de vie à la commissure des lèvres, tous ces petits détails qui éclairent un visage, rayonnant comme des brumes bienfaisantes, soudain disparus, rayés de la carte par la guerre sanitaire. Que serait le chef-d’œuvre de Léonard de Vinci sans ce sourire ? Aujourd’hui, nous sommes confrontés, les uns et les autres, à cette incroyable situation de « gommage » des visages, nous transformant, jour après jour, en semi-fantômes.

Que peut-on capter désormais de l’autre, de celle ou celui que nous croisons dans la rue, équipés de cet instrument à usage chirurgical, certes nécessaire, mais qui en dit long sur l’état de nos psychologies collectives ? L’autre n’est plus qu’une ombre. Bientôt un numéro ? Ce besoin vital qu’a manifesté, cet été, notre jeunesse de se retrouver, de rire, de communiquer, de laisser, un temps, la joie inonder le corps social, était, certes, une forme de fiesta à hauts risques. Mais il révèle la nécessité de communiquer par nos zygomates et pas seulement par les réseaux sociaux. A y regarder de près, ces petites rébellions du quotidien en disent long sur les drames qui se jouent derrière les masques. Ces derniers nous protègent du virus, sans aucun doute, mais nous enferment, nous isolent, nous réduisent à des êtres quasi invisibles, indifférenciés.

(source:nouvelobs.com)

C’est largement exagéré non ????? Est-ce vraiment une si grande contrainte que de se cacher le nez et la bouche afin de protéger les autres ? Pfffff…..ils ne vous empêchent aucunement de parler, de rire… et on voit le résultat de cette explosion du besoin vital !!!! Petites rébellions qui coûtent bien cher non ????

Dommage….

•20 septembre 2020 • 3 commentaires
Des bâtiments résidentiels "végétalisés" à Chengdu, dans la province chinoise du Sichuan, le 3 août 2020 .

Loi de la jungle : des immeubles en Chine envahis par les plantes

Des bâtiments résidentiels « végétalisés » du sud-ouest de la Chine, avec plantes luxuriantes sur les balcons des appartements, se retrouvent envahis par leur propre végétation au point d’être fuis par leurs résidents, selon un média d’Etat.

Le complexe de huit immeubles expérimentaux a été construit en 2018 dans la grande ville de Chengdu, capitale de la province du Sichuan. A l’époque, le projet a été décrit comme « une forêt verticale ».

Particularité : les appartements de ce quartier d’habitation, baptisé « Jardin forestier de Qiyi », possèdent tous des balcons où la végétation est maximisée, donnant aux édifices des allures de petite jungle.

Des bâtiments résidentiels "végétalisés" à Chengdu, dans la province chinoise du Sichuan, le 3 août 2020 .
Trop de végétation, trop de moustiques ?

Selon le site internet du promoteur immobilier, l’ensemble des 826 appartements mis en vente ont trouvé acquéreur très rapidement en avril 2018. Mais des vidéos tournées début septembre montrent des bâtiments à l’apparence négligée, où la végétation semble avoir littéralement envahi les lieux : une mini-forêt s’étend sur de nombreux balcons et sur les murs extérieurs.

Certains appartements paraissent occupés, avec de la lumière à l’intérieur des logements, des plantes bien taillées et du mobilier installé sur la terrasse. Mais les terrasses de nombreux autres sont recouvertes par une végétation laissée à l’abandon. Seule une dizaine de familles ont emménagé dans le quartier, selon le quotidien semi-officiel Global Times.

Le faible taux d’occupation serait dû à la présence de nombreux moustiques, qui prolifèrent en raison de la végétation, ont déclaré des locataires au journal.

source: rtbf tendances

Les habitants évitent le projet de logement chinois en « forêt verticale »  qui a attiré des fléaux de moustiques | FR24 News France
En Chine, des bâtiments "végétalisés" envahis par les plantes

Des tours végétales pour purifier l'air des villes en Chine

C’est dommage, vraiment…. l’idée était intéressante et belle !

chat_227.gif (592×32)

Coup de coeur….

•26 août 2020 • Un commentaire

Magnifique invention !

Grâce à cette invention, les fleuves néerlandais n’ont plus à subir la pollution plastique

Chaque minute, 15 tonnes de plastique se déversent dans nos océans. Pour y remédier, cette invention mise tout sur la force des bulles.Par Mégane Bouron -25 août 2020

Photo : Shutterstock

https://www.rtbf.be/auvio/detail_amsterdam-une-barriere-qui-piege-les-dechets?id=2566449&jwsource=cl

Une grande barrière de bulles peut-elle nettoyer un cours d’eau pollué au plastique ? À en croire cette invention néerlandaise, la réponse est oui. Lumière sur ce dispositif bénéfique pour les fleuves ainsi que ses petits habitants.– PUBLICITÉ –

Lorsque nous mangeons du poisson, il y a malheureusement des chances que nous avalions le plastique qu’il a lui-même ingéré. En 2017, l’Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves (IAGF) avait pointé du doigt un terrible constat : 90% des détritus dans l’océan viendraient de 10 fleuves dans le monde seulement. Un chiffre alarmant qui révèle l’urgence d’agir.Pour remédier à ce véritable fléau qui affecte chaque jour un peu plus notre planète, trois chercheuses néerlandaises ont imaginé une solution ingénieuse : la « barrière jacuzzi ». Cette dernière vise à stopper les déchets plastiques avant leur arrivée dans l’océan par un système de rideaux de bulles..Comment ça fonctionne ? On place un tuyau percé au fond de l’eau, on souffle de l’air à l’intérieur, ce qui crée un barrage de bulles allant du fond de la rivière jusqu’à la surface. Grâce à cette invention, les bateaux et les poissons peuvent circuler, tandis que les déchets en plastique se retrouvent bloqués. Un système intelligent qui respecte l’environnement, puisqu’il est sans impact fort sur la circulation piscicole, la navigation et le fonctionnement naturel des cours d’eau..

Cette invention néerlandaise utilise des bulles pour piéger les déchets plastiques dans les fleuves

Des bulles pour piéger les déchets plastiques dans les fleuves.

Publiée par Forum Économique Mondial sur Lundi 17 août 2020

Ce projet a été lancé au Pays-Bas en 2017, sur la rivière Yssel. Aujourd’hui, plusieurs secteurs l’ont déjà adopté, tels que les zones industrielles, les écluses, les ports ou encore les villes, comme Amsterdam. L’objectif suivant ? Implanter le système durablement dans plusieurs grands fleuves à travers le monde (le Mékong, le Yang-Tsé-Kiang, le Nil ou le Niger), et ce, d’ici 2021.

Une approche prometteuse pour répondre à l’urgence environnementale.

Gros coup de coeur…

•25 juillet 2020 • 2 commentaires

Beau weel-end à vous….

Beau comme un camion…

•5 juillet 2020 • 2 commentaires

Très beau, superbe.

Je me suis toujours demandé pourquoi comme un camion ?

Origine

Est-il raisonnable de trouver un camion plus beau qu’une Aston Martin DBS (), qu’un voilier dans le vent ou qu’une sculpture de Michel-Ange ?
Je ne sais pas vraiment, mais une chose est sûre, c’est qu’on ne discute pas les goûts et les couleurs.
Cette expression semble apparaître au milieu du XXe siècle.
Si on peut imaginer que son inventeur était effectivement amoureux des camions (comme ceux qu’on trouvait en Amérique), on peut aussi probablement voir ce « comme un camion » comme un simple intensif lié à la taille de l’objet ainsi mis en avant.

Exemple

« Tu étais habillé tout en blanc avec un pantalon bouffant à cause de tes couches. Tu étais quand même beau comme un camion. »
Élisabeth de Quelen – Léo

camion américain | Camion, Camion truck, Camionnette
tube camion
Voir les camions américains, Grand Prix Camion, Nuerburgring ...
Papier peint Camion américain • Pixers® - Nous vivons pour changer

Effectivement, ils sont très beaux, mais je ne sais pas… je n’aimerais pas trop en avoir un derrière moi sur la route…. souvenir de ce superbe film de Spielberg « Duel » sans aucun doute !!!!

La musique adoucit les moeurs….

•7 juin 2020 • Un commentaire

Encore une découverte pour ma part…. quelle belle voix, quelles belles mélodies…

Bravo à cette jeune chanteuse bruxelloise !

Beau dimanche à toutes et tous…

Use Your Voice

•2 juin 2020 • Laisser un commentaire
Blackout Tuesday” : après la mort de George Floyd, l'industrie ...
Black Out Tuesday adopté par les entreprises de musique et de ...
Music industry observing 'Black Out Tuesday' for community ...
Apple Music rejoint la campagne de sensibilisation «Black Out ...

L’horreur encore et toujours….

•30 mai 2020 • Laisser un commentaire

quand cela va-t-il cesser ????????

Minneapolis Mayor says George Floyd would still be alive if he ...
Minneapolis officer who knelt on George Floyd's neck arrested

Reçu ce matin…

•20 mai 2020 • 5 commentaires

ce petit texte ….

Ils veulent nous imposer un confinement à vie…..

NE NOUS LAISSONS SURTOUT PAS FAIRE!!!!!

C’est l’histoire d’une triple peine infligée aux seniors par une société ingrate et hypocrite, aujourd’hui malade de son propre virus.

Les vieux, on les a d’abord abandonnés lâchement dans les maisons de repos. Livrés à leur sort et à leur solitude, dépendants essentiellement du bon vouloir de leurs encadrants eux-mêmes condamnés à se débrouiller avec des moyens de fortune, coupés de leur famille, privés de tout contact avec leurs voisins de chambrée, confinés entre quatre murs, ils ont vécu pendant deux mois l’enfer de la déprime et de la peur en voyant défiler dans leur couloir les brancards de la mort.

Les vieux, rescapés du tsunami, on voudrait maintenant, au motif de les mettre à l’abri d’une très hypothétique seconde vague, les assigner à résidence, sinon à vie tout au moins aussi longtemps qu’un remède et un vaccin n’auront pas été trouvé pour éradiquer cette saloperie de grippe.

Tantôt avec condescendance, tantôt avec mépris, tantôt en les infantilisant, on les fait désormais passer pour une espèce condamnée à la disparition en poussant l’odieux, dans les médias et les partis politiques, jusqu’à initier des sondages sollicitant l’avis des gens pour fixer l’âge où il sera légalement possible de les euthanasier ou, à défaut, de ne plus les soigner, ce qui revient à peu près au même.

Les vieux, on va demain les cloîtrer dans des sanctuaires; leur réserver des plages horaires pour leurs sorties, leur casse-croûte et leur partie de pétanque; et les parquer à l’abri de toute contamination possible sur des espaces réduits d’herbe ou de sable, puisqu’ils n’ont plus nul besoin de se mouvoir, à moins qu’on ne leur interdise tout simplement de se rendre sur les lieux de villégiature en juillet et en août, mois de grosse affluence vacancière.

Quelle cruelle et lamentable ironie pour toutes ces honorables et vénérables personnes quand on sait par cette crise sanitaire qu’on est vieux à 65 ans alors qu’on peut encore espérer à ce cap-là en vivre 20 ou 30 de plus en parfaite santé, dans un état de forme physique et intellectuelle que leur envieraient bien des adolescents.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes qui pratiquent un sport et plein air

Pour ne rien vous cacher, nous en avons marre d’entendre ces journalistes, ces experts en tout et rien, ces éminences et ces docteurs es sciences marteler à longueur de journée qu’il « faut prendre soin de nos aînés » dont on ne sait plus en fin de compte s’ils sont vulnérables ou pestiférés.

Car c’est quoi, au juste, une vieille, un vieux ? Un grabataire, un idiot, un débris qui est juste bon à jeter dans la fosse à purin?

Ou bien une vieille, un vieux, n’est-ce pas plutôt celle et celui qui compte, additionne, divise et multiplie plus vite qu’un jeune, sans calculette bien sûr ; un vieux qui a appris à domestiquer à la perfection les réseaux sociaux ; un vieux qui s’exprime indifféremment dans les deux langues nationales et en a même appris d’autres sur le tard; un vieux qui retourne sur les bancs d’université; un vieux qui rédige d’un jet, sans une seule faute, une lettre calligraphiée ; un vieux capable de réciter d’un trait un poème ou de psalmodier sans chercher son souffle un tube de sa jeunesse; un vieux alerte qui enfourche chaque jour sa selle et mouline encore en sifflotant ses 50 bornes quotidiennes ; un vieux qui bêche tout son jardin et cultive ses légumes; un vieux qui aime rire et blaguer ; un vieux avec une pêche d’enfer qui adore prendre l’apéro ou partager un bon resto avec ses potes retraités ; un vieux avec sa mémoire d’éléphant qui enchaîne les mots croisés et ratiboise ses petits enfants au scrabble ; un vieux qui rend encore de précieux services à la collectivité en accomplissant bénévolement mille et une tâches pour le plus grand bonheur des associations caritatives, sportives ou culturelles ; un vieux qui dépense allègrement le fruit du travail de toute une vie en faisant tourner mieux que quiconque l’économie, le commerce, les voyages, le tourisme, les loisirs ; un vieux qui adore jouer les nounous en soulageant les parents dans la garde de leurs rejetons ; un vieux d’une intacte lucidité, d’une rare sagesse et d’une expérience sans prix?

Bref un vieux d’un prix inestimable sauf pour celles et ceux qui, en oubliant qu’ils deviendront vieux eux aussi, rêvent de les envoyer prématurément à la casse.

Qu’ils prennent toutefois garde, ces paltoquets.

Car ces vieux-là, taillés dans le chêne dont on fait les meilleurs bahuts, ne sont pas décidés à rendre l’âme.

Ni encore moins les armes !

Positivons….

•15 mai 2020 • Laisser un commentaire

Abonnée à la newsletter de Positivr.fr, j’y trouve régulièrement plein de chouettes idées, d’articles intéressants, tous rassurants sur certaines évolutions positives…. car tout n’est pas définitivement négatif… et on ose y croire !!!!

« Fenêtre sur Confinement » : jour après jour, il photographie sa voisine à la fenêtre (14 photos)

Pour tromper l’ennui, un photographe parisien a eu une idée originale : immortaliser la même fenêtre et la même voisine durant toute la quarantaine. Voici l’excellent projet créatif intitulé « Fenêtre sur Confinement ».

Cette appellation vous semble familière, n’est-ce pas ? Il s’agit évidemment d’un clin d’œil intelligent au célèbre film d’Alfred Hitchcock. Pour lutter contre la morosité de ces dernières semaines, deux voisins ont décidé de réaliser ensemble un projet amusant.

Durant tout le confinement, Valentin Curtet s’est emparé de son objectif pour capturer l’instant présent : sa voisine, Audrey Pirault, tranquillement adossée à la fenêtre d’en face. Chaque jour, ils ont inventé ensemble des scènes drôles et décalées avec les moyens du bord : la célébration de Pâques, l’anniversaire du photographe ou encore la séquence culte de Shining… Bref, pour ces deux voisins, le confinement semble avoir rimé avec joie, douceur et amusement.

A suivre sur Instagram….

Et puis, les gens sont tellement créatifs…. que de belles et bonnes initiatives :

VIDÉO. Coronavirus : ils fabriquent des masques biodégradables pour limiter la pollution

La course aux masques écologiques est lancée. La preuve avec ces prototypes en fibres naturelles destinés à préserver l’environnement.

Par Mégane Bouron -14 mai 2020

Les masques jetables seraient-ils sur le point de provoquer une nouvelle vague de pollution ? Il semblerait bien que oui. Pour limiter leurs effets nocifs sur l’environnement, certains designers ont imaginé des masques biodégradables en fibres naturelles. Lumière sur ces initiatives bénéfiques pour la planète.

C’est l’un des effets négatifs du coronavirus. Depuis le début de la pandémie, des milliers de masques jetables sont jetés dans la nature. Pour préserver au mieux les milieux naturels, des chercheurs australiens ont développé un modèle fabriqué à partir de déchets végétaux comme du résidu de canne à sucre.

Ce masque entièrement biodégradable peut bloquer les particules inférieures à 100 nanomètres, comme l’explique l’ingénieur Thomas Rainey, cité par We Demain :

« Nous avons testé ce matériau, et nous l’avons trouvé plus efficace que les masques de haute qualité disponibles dans le commerce  pour éliminer les nanoparticules de la taille d’un virus. »

En Amérique, des designers ont également fabriqué un prototype en cellulose bactérienne, autrement dit un composé organique issu de certaines bactéries. Ce masque flexible offre un avantage majeur : celui de se dégrader naturellement dans l’environnement.

Enfin, au Vietnam, des chercheurs ont mis au point un modèle insolite à base fibres de café. Pour le fabriquer, ils ont broyé puis mélangé du marc de café avec du plastique recyclé. Un résultat surprenant à découvrir ci-dessous :

Reste à savoir si ces prototypes seront un jour commercialisés. Mais une chose est sûre, la course aux masques écologiques semble d’ores et déjà lancée.

 
%d blogueurs aiment cette page :