Découvertes…

•21 octobre 2017 • 4 commentaires

Avec une amie, magnifique journée passée à la découverte de deux endroits sublimes !

Première visite : La Piscine, Musée d’Art et d’Industrie à Roubaix.

2017-10-19 11.36.23

 

Lieu enchanteur où se côtoient peintures, sculptures, dessins, photographies, textiles bien entendu, céramiques, design, bijoux….

2017-10-19 11.29.12

2017-10-19 11.31.44

2017-10-19 11.28.58

2017-10-19 11.37.38

2017-10-19 11.52.33

 

2017-10-19 12.00.10

2017-10-19 12.17.25

2017-10-19 12.21.06

2017-10-19 12.23.14

2017-10-19 12.24.25

J’y ai fait un bain de beautés, différentes, que je ne connaissais pas pour la plupart, quelques grands noms tout de même mais tant de découvertes…. notamment la photographe Nadia Anémiche.

Exposition Nadia Anémiche Ombres vagabondes

Je vous invite vraiment à aller visiter cet endroit ! Pour ma part, j’y retournerai….

Et pour plus de renseignements : http://www.roubaix-lapiscine.com/

 

Deuxième visite, architecturale celle-ci : La Villa Cavrois, à Croix.

Résultat de recherche d'images pour "villa cavrois"

Construite par l’architecte Mallet-Stevens, cette villa a connu moultes aventures après le décès de Madame Cavrois, pour finalement être achetée par l’état français et rénovée dans le respect des moindres détails d’origine, un travail d’orfèvre….

Image associée

Quelques photos prises lors de notre visite :

2017-10-19 16.36.27

2017-10-19 17.12.11

2017-10-19 17.14.31

2017-10-19 17.23.18

2017-10-19 17.21.01

Je veux les mêêêêêêmes…….

2017-10-19 17.24.10

Le grand salon et sa vue sur le plan d’eau du jardin…

2017-10-19 17.41.00

Encore une fois, si vous ne connaissez pas, si vous aimez l’architecture… courrez-y !!!

Et toujours, pour plus de renseignements : http://www.villa-cavrois.fr/

 

 

 

 

 

Publicités

Manipulation….

•18 octobre 2017 • 3 commentaires

Comment vérifier si une image est vraie ou fausse en trois étapes

Un événement dans l’actualité ? Une catastrophe majeure ? Un attentat ? Aussitôt, les réseaux sociaux se mettent en action. Des millions de photos sont mises en ligne, certaines vraies, d’autres fausses. Leur point commun : elles sont marquantes et poussent au partage, au like, au retweet.

Résultat de recherche d'images pour "images fausses ou vraies ?"

Il arrive souvent que des photos soient sorties de leur contexte, qu’elles aient été prises bien avant les événements… ou qu’il s’agisse tout simplement d’un montage. Comment faire pour trier le vrai du faux ? Dans le cadre de la quinzaine de l’éducation aux médias, voici notre méthode en trois étapes pour certifier l’authenticité d’une image.

1. Sauvez l’image sur votre disque dur

Prenons un cas pratique, ce tweet posté le 14 juin dernier (nous avons fait une capture d’écran au cas où il serait supprimé entre temps. Mais aux dernières nouvelles, il était toujours en ligne sur Twitter ici). La légende dit : « Voici une photo de l’escorte policière de Donald Trump alors que celui-ci allait (encore) au golf ce week-end. Vous pensez qu’ils essayent de faire passer un message ? »

Sur l’image, on voit une voiture entourée de motards disposés de façon à former un dessin plutôt explicite.

Le cliché est amusant, il surfe sur l’image controversée d’un président américain qui ne plait pas à tout le monde… En quelques semaines, elle a récolté près de 21 000 retweets et 37 000 « j’aime ». Gageons que, parmi ceux qui ont partagé l’image, certains l’ont fait au second degré, sans y croire vraiment. Mais d’autres l’ont sans doute prise pour argent comptant.

Alors, d’où vient cette photo ? Première étape pour le savoir : la sauver sur son disque dur en faisant une capture d’écran. Les Mac et les PC sont équipés d’un petit programme qui s’appelle « Capture ». Grâce à lui vous pouvez faire une copie d’une zone de votre écran. Encore plus simple (mais ça ne marche pas toujours) : un clic droit sur l’image et choisir « enregistrer l’image sous » pour la conserver sur votre ordinateur.

2. Rendez-vous sur images.google.be

Si vous cherchez une réponse à une question, vous savez que « Google est votre ami« . Tous les jours, nous utilisons le moteur de recherche, à tel point que le verbe « googler » est entré dans le langage courant. Mais Google ne sert pas uniquement à rechercher du texte. On peut aussi l’utiliser pour retrouver la source d’une image.

Une seule adresse pour cela : Google Image. Sélectionnez le petit appareil photo, puis l’onglet « Importer une image » et enfin « Choisissez un fichier ». Vous pouvez aussi glisser-déposer directement l’image depuis votre ordinateur jusque sur la barre de recherche.

3. Remontez jusqu’à la source

C’est l’étape la plus aléatoire. Google est parti à la recherche de toutes les images qui ont des points communs avec la vôtre. Parfois, des médias ont déjà écrit des articles à son sujet. C’est le cas de notre photo. Un article de 20minute.fr daté du 24 novembre 2014 nous apprend que quelqu’un a déjà présenté cette escorte comme celle de François Hollande, alors président de la République française.

Mais d’où vient vraiment l’image alors ? Remontons encore le courant… jusqu’à la source. Buzzfeed nous montre que l’image vient en réalité d’une vidéo datée de 2012 (à retrouver en cliquant ici). Le 7 mai 2012 pour être précis, jour de la cérémonie d’investiture de Vladimir Poutine, le président russe.

Le plan, visible à la 22e minute, a été manipulé. La disposition des motards a été modifiée dans un logiciel de retouche d’image. Retrouvez ci-dessous un comparatif de l’image originale et de la version retouchée.

Bonus : quelques outils bien utiles

Sur internet, on trouve des dizaines d’outils pour faciliter ce travail de recherche photos et vidéos. En voici quelques uns :

  • Youtube DataViewer : développé par Amnesty International, ce site vous dit à quelle date une vidéo a été postée sur YouTube. c’est déjà un précieux indice, même si une vidéo peut avoir été « volée » quelque part pour être ensuite repostée. Mais surtout, ce « DataViewer » découpe automatiquement quelques captures d’écran. Il suffit ensuite de cliquer sur « reverse image search » pour activer la recherche dans Google Image.
  • Ce n’est pas toujours le cas, surtout si un cliché a été modifié, mais les photos prises avec un appareil photo ou un smartphone contiennent des « métadonnées ». Appelées aussi données EXIF (pour « Exchangeable image file format »), elles donnent des indications sur le type d’appareil utilisé, l’heure et, parfois, la localisation grâce aux données GPS enregistrées au moment de la prise de vue. Pour lire ces métadonnées, de nombreux outils existent, dont Metapicz.
  • Il est possible de pousser l’analyse d’une image très loin. C’est ce que propose un site comme fotoforensics.com. Celui-ci passe une photo au crible à la recherche d’informations supplémentaires : y a-t-il une indication du nom du photographe ? La photo est-elle passée par un logiciel de retouche ?

 

Faisons le test avec une photo de Charles Michel récupérée sur la banque d’image de l’agence Belga. Un passage par fotoforensics nous apprend qu’elle a été prise le 16 février 2017 par un photographe de l’agence de presse belge. Celui-ci a utilisé un appareil photo de la marque Canon mais n’a pas activé le flash. Après un passage par le logiciel de traitement d’image Adobe Photoshop Lightroom sur Mac, la scène a été légèrement éclaircie. Mais on ne constate pas de changements flagrants par rapport à la prise de vue originale.

  • Peut-être que l’image a déjà été publiée sur internet par le passé. Pour le savoir, direction TinyEye.com. Ce site permet de scanner la toile à la recherche de photos semblables. Un peu comme Google Image le fait, mais de manière encore plus ciblée.

Sur RTBF.be/info, nous faisons régulièrement l’exercice de partir à la recherche de la source d’une image (voir iciou encore là). A vous de jouer maintenant.

 

Résultat de recherche d'images pour "images fausses ou vraies ?"

 

 

Emir Kusturica…

•17 octobre 2017 • Un commentaire

FESTIVAL des Libertés 2017

Image associée

« No Smoking, ça ne veut pas dire ne pas fumer mais ne pas se laisser avoir par l’autorité, le pouvoir…

Résultat de recherche d'images pour "kusturica"

Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, c’est un feu d’artifice musical, tiré par des artificiers ne connaissant pas de limites. Une succession de bouquets musicaux, allant de la tradition tzigane, gitane, à la country, musette, et bien sûr, le rock. »

Après de nombreuses tentatives, enfin au Festival des Libertés. Au Théâtre National le 20 octobre…

 

C’est par ce magnifique film « Chat noir, chat blanc » que j’ai découvert cette musique…

 

Solidarité citoyenne…

•23 septembre 2017 • Un commentaire

INDIGNÉS PAR LES “RAFLES”, DES BRUXELLOIS OUVRENT LEURS PORTES AUX RÉFUGIÉS

Refusant de rester les bras croisés, ces Bruxellois ont décidé d’agir. Pour que les migrants ne craignent plus la police, ils les accueillent chez eux !

Depuis quatre jours, les Bruxellois sont en train de nous donner une superbe leçon d’humanisme et de solidarité. En réponse aux arrestations de migrants qui se multiplient ces derniers temps, les habitants sont de plus en plus nombreux à ouvrir leurs portes aux exilés traqués.

Explications.

Selon la RTBF (chaîne de télévision publique belge), près de 200 migrants auraient été accueillis par des particuliers. Un sursaut de générosité qui s’explique essentiellement par la persécution policière dont les réfugiés seraient désormais victimes dans les environs du parc Maximilien et de la gare de Bruxelles-Nord.

Mehdi Kessou, membre de la plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés, cité par la RTBF :

« Les rafles ont stimulé les gens à proposer un hébergement et les chiffres ont augmenté de manière exponentielle. On était à 10-15 par jour au début et on est monté à 30, 50… On a placé 60 personnes lundi soir, 50 mardi et 87 hier soir (NDLR : mercredi). Certains sont invités à rester deux à trois jours, d’autres une semaine. »

Grâce à ce formidable élan de solidarité, toujours selon Mehdi Kessou, il ne resterait plus qu’une dizaine de personnes du côté de la gare du Nord. Tous les autres auraient trouvé refuge, du moins, pour ce qui concerne les nuits.

Mais cette plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés ne compte pas en rester là. Elle aurait envoyé un courrier à tous les responsables politiques et syndicaux pour leur rappeler l’engagement pris par la Belgique d’accueillir 3 800 demandeurs d’asile. (Pour l’heure, le compte n’y serait pas, avec seulement 900 personnes accueillies.) Elle demande aussi que les demandeurs d’asile ne soient plus arrêtés et renvoyés en Italie mais que leur situation soit étudiée sur place.

Bref, du militantisme actif, solidaire et engagé dont nous pourrions tous nous inspirer… Bravo les Bruxellois !

(source : PositivR)

Honte à ce gouvernement qui organise des rafles, (ce terme est significatif non ? ça vous rappelle quoi ?….) avec racket des pauvres biens qu’ont les migrants, tentes, sacs de couchage, couvertures et le peu d’argent ou autres biens qu’ils possèdent !

chat_227.gif (592×32)

Mettre les bouts…

•17 septembre 2017 • 3 commentaires

ou s’en aller, s’enfuir…

Résultat de recherche d'images pour "s'enfuir"

Origine

Prenez d’une part une saucisse sans bouts et d’autre part des bouts de saucisse (en évitant les bouts tabous, qui sont interdits). Mettez les bouts aux extrémités de la saucisse sans bouts et vous obtenez une saucisse complète, avec les bouts bien au bout. Comme quoi, mettre les bouts, c’est vraiment pas compliqué, une fois qu’on a tous les ingrédients voulus. Ce qui n’est pas gagné d’avance : si jamais vous trouvez des saucisses sans bouts, faites-moi signe.

Résultat de recherche d'images pour "saucisse"

Si ce préambule ne vous a pas mis à bout, rentrons maintenant dans le vif du sujet.

 

Résultat de recherche d'images pour "mettre ses jambes à son cou"
Savez-vous qu’au tout début du XXe siècle, pour dire la même chose que notre expression, on utilisait aussi bien « mettre les baguettes », « mettre les bois », « mettre les bambous » ou bien « mettre les cannes » ?
Car, en effet, tous ces morceaux de bois représentaient métaphoriquement les jambes en argot, celles qu’on ‘prend’ puis qu’on met à son cou afin de mieux pouvoir s’en aller rapidement.

Résultat de recherche d'images pour "mettre ses jambes à son cou"

Et notre expression, qui date des années 1910, n’est en fait qu’une version raccourcie de « mettre les bouts de bois » où on retrouve encore ces jambes faites de bois…

 

Exemple

« Cétait trop bête ; elle n’en était pas à un homme près. Mais celui-là, et ses exigences ! Elle se rinça la bouche avec un sentiment étrange envers l’eau fraîche. De l’oreiller, une voix sortit : « Tu mets les bouts, ma cocotte ? » »
Louis Aragon – Les beaux quartiers

(source : expressio.fr)

 

chat_227.gif (592×32)

oh….

•9 septembre 2017 • 2 commentaires

Les façades des immeubles trompent les radars des chauves-souris…

Les façades de verre et d’acier des immeubles, lisses et verticales, trompent le système d’écholocalisation des chauves-souris – qui fonctionne comme un radar – ont déterminé des scientifiques dont la recherche est publiée jeudi dans la revue Science.

Ce leurre sensoriel expliquerait pourquoi on trouve autant de ces animaux tués ou blessés à proximité d’immeubles, une situation qui, jugent-ils, illustre l’impact néfaste des constructions et du développement des activités humaines sur la faune sauvage.

Ces chercheurs, dont le biologiste Stefan Greif (Institut allemand Max Planck d’ornithologie), ont observé des grands murins (Myotis myotis), une espèce de chauve-souris européenne, alors qu’elles volaient dans un tunnel de forme rectangulaire dans l’obscurité.

Une plaque métallique verticale et une autre horizontale étaient placées dans un coin du tunnel.

Sur les 21 chauves-souris qui ont traversé le tunnel, 19 ont heurté l’obstacle vertical au moins une fois, mais aucune n’a frappé la plaque horizontale.

Dans leur habitat naturel, les surfaces verticales lisses sont rares, tandis que les étendues horizontales, comme l’eau, sont nombreuses.

Résultat de recherche d'images pour "chauve souris habitat"

Impossible d’éviter les obstacles 

Les chercheurs ont découvert que quand les chauves-souris ont heurté la plaque verticale, elles émettaient moins d’ultrasons devant l’obstacle, et s’en approchaient à un angle aigu et à une plus grande vitesse.

Image associée

 

Les mêmes observations ont été faites avec trois autres espèces de chauves-souris à l’extérieur de grottes.

Selon les auteurs de l’étude, cela indique que les chauves-souris perçoivent les échos renvoyés par les surfaces verticales au dernier moment, et qu’il est souvent trop tard pour elles pour éviter l’obstacle.

Cette découverte pourrait être utile pour limiter les collisions de chauves-souris le long de leurs routes migratoires.

Ces mammifères jouent un rôle très important dans les écosystèmes, en se nourrissant d’insectes ravageurs de récoltes et transportent le pollen de certaines plantes.

(source Metrotime.be)

 

chat_227.gif (592×32)

 

 

Et il y en a qui nient encore le réchauffement climatique….

•7 septembre 2017 • 3 commentaires

Saint-Martin: au moins 8 morts sur l’île française, « détruite à 95% » après le passage de l’ouragan Irma

Résultat de recherche d'images pour "ouragan irma"

Au moins « huit morts » et 21 blessés, « 95% de l’île de Saint-Martin détruite »: le passage de l’ouragan Irma, « d’une intensité sans précédent sur l’Atlantique », sur les îles françaises de Saint-Barthélemy et Saint-Martin ce mercredi 6 septembre s’annonce dévastateur, le gouvernement anticipant un bilan humain « lourd et cruel ».

 

Au moins « huit morts » sont à déplorer sur Saint-Martin, a annoncé mercredi le préfet de la Guadeloupe, Eric Maire. « Le bilan n’est pas définitif. Loin de là. Nous risquons malheureusement de faire d’autres découvertes », a précisé le préfet à des journalistes. « La gendarmerie n’a recommencé à sortir qu’en milieu de matinée, nous n’avons pas pu, y compris avec les sapeurs pompiers, explorer toutes les parties de l’île », a-t-il ajouté. 21 personnes ont également été blessées.

 

Le précédent bilan donné par le ministère des Outre-mer faisait état « d’au moins deux morts et deux blessés graves » sur les deux îles de Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

 

« La situation à Saint-Martin et Saint-Barthélémy est dramatique, il n’y a plus d’eau potable, d’électricité, les bâtiments publics sont inutilisables, les maisons sont détruites, on estime peut-être à 60%, 70% les habitations détruites à Saint-Martin », a indiqué le préfet de la Guadeloupe.

« Une catastrophe énorme »

« C’est une catastrophe énorme. 95% de l’île de Saint-Martin est détruite. Je suis sous le choc. C’est affolant », a déclaré de son côté le président du conseil territorial Daniel Gibbs, joint sur son portable par Radio Caraïbes International.

« J’ai besoin que la nation envoie des renforts suffisants pour évacuer tout ce qui peut être évacué, parce que si on a un autre cyclone qui nous tombe dessus samedi, ce sera juste pas possible, c’est-à-dire que ce n’est pas le nombre de morts qu’on va compter, c’est les vivants », a lancé Daniel Gibbs.

L’œil du cyclone, d’environ 50 km de diamètre, qui a touché les deux îles mercredi matin, est resté environ 1h30 sur Saint-Barthélemy avant d’atteindre Saint-Martin. Les deux îles avaient été placées dans la nuit en alerte violette, avec confinement des populations.

 

Quelle tristesse….

chat_227.gif (592×32)

 

 

 
%d blogueurs aiment cette page :