Explication…

… sur une expression dont je me suis toujours demandé pourquoi le balai ?
"Con comme un balai"….
 
" Pourquoi un balai plutôt qu’un rateau, une épuisette ou un presse-citron, me direz-vous ?
Eh bien c’est une excellente question à laquelle je vais, comme d’hab, tenter (j’ai bien écrit tenter) d’apporter une réponse.
Il faut probablement remonter à l’expression "con comme une bite" pour arriver, par des chemins à peine tortueux, jusqu’au balai.
Dans cette expression, ‘con’ a un double sens. Il y est en effet ajouté une opposition volontaire entre le ‘con’, sexe de la femme (appelé ainsi au moins depuis le XVe siècle), et la ‘bite’, sexe de l’homme, dont on peut confirmer qu’il (le sexe – mais l’homme aussi) ne brille pas par son intelligence, prêt qu’il est à s’amarrer à n’importe quel orifice un tant soit peu accueillant sans réfléchir aux conséquences éventuelles (adultère, paternité, maladie sexuellement transmissible…).
Or, en argot, la ‘bite’ se dit aussi le ‘manche’.
Les disciples d’Onan (
) "s’astiquent le manche" et un type stupide est aussi "con comme un manche".

Et que trouve-t-on souvent au bout d’un manche ?
C’est ainsi que, par associations d’idées successives, un "con comme une bite" serait devenu con comme un balai sans que, malheureusement pour lui, cela change beaucoup son Q.I. ou, du moins, la perception que les autres en ont."

 
Ceci est le copié/collé de l’explication d’origine donnée par expressio.com, assez drôle, il faut l’avouer…. Rire

Publicités

~ par Arielle sur 10 septembre 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :