« Une madeleine de Proust »

Signification : Un micro-événement qui fait resurgir des souvenirs de jeunesse. Un acte mineur porteur d’une forte charge émotionnelle.


Origine :  Proust n’avait pas spécialement la réputation de faire de bons petits gâteaux et pourtant, la madeleine de Proust est bien plus célèbre de la madeleine de Commercy.
Et il n’y a pas non plus de lien avec une nounou, amie, maîtresse ou épouse de l’auteur qui se serait appelée Madeleine.

Cette expression fait allusion à ces petits actes, petits événements, odeurs, sensations qui, brutalement, font resurgir des tréfonds de notre mémoire de lointains souvenirs, souvent chargés d’émotion.

Et si on les affuble de l’appellation madeleine de Proust, c’est parce que, dans « Du côté de chez Swann », le premier tome de « À la recherche du temps perdu », l’auteur évoque une telle remontée de souvenirs.
Alors que, pour le réchauffer, sa mère lui fait boire du thé et manger une madeleine, le goût de celle-ci trempée dans le thé, provoque en lui une sensation intense qui, après une remise en ordre de ses souvenirs, le fera remonter à une époque ancienne où, lorsqu’il vivait à Combray, sa tante Léonie lui faisait goûter un morceau de madeleine trempé dans son infusion.

Si Victor Hugo avait évoqué avec autant d’intensité le baba au rhum, Voltaire le clafoutis ou Molière le pet de nonne, peut-être n’aurait-on pas fait attention à la madeleine de Marcel ? Mais je ne suis pas certain que « le pet de nonne de Molière » se serait aussi bien incrusté dans le langage.

chat_227.gif (592×32)

Publicités

~ par Arielle sur 18 avril 2013.

4 Réponses to “« Une madeleine de Proust »”

  1. Quand la littérature se fait savoureuse… 😉

    J'aime

  2. Ah la madeleine de Proust!… Un professeur de français particulièrement passionnant m’a fait lire l’entier de « A la recherche du temps perdu » à 18 ans… Je n’oublierai jamais la madeleine, Swann, et toute cette recherche du temps perdu… merci Arielle de nous en reparler…

    J'aime

  3. Nous avons tous NOTRE madeleine de Proust! Et c’est bien souvent un souvenir d’enfance! Ah! L’odeur des tartes au sucre dorant dans le four…le samedi! 😉
    Bon après-midi, Arielle!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :