Les 343 salauds…

ainsi se dénomment les signataires de la pétition « touche pas à ma pute » qui ne veulent pas entendre parler de la proposition de loi visant à pénaliser les clients.  En référence aux « 343 salopes » des années 70 (manifeste publié par « Le Nouvel Observateur » en 1971 et signé par 343 femmes qui proclamaient « J’ai avorté » quand l’IVG était encore passible de poursuites) dont le but était de faire passer le droit à l’avortement, le droit des femmes à disposer de leur corps.

Le but est de loin aussi fort…  Ils s’inquiètent « que des députés édictent des normes sur [leurs] désirs et [leurs] plaisirs », dénonçant une « répression déguisée en combat féministe ».

L’appropriation du slogan « touche pas à mon pote » ne plaît pas non plus…

L’association SOS Racisme s’est émue mercredi du « détournement désolant » de son slogan « Touche pas à mon pote ». « Alors que Didier François, grand reporter à Europe 1 et inventeur du slogan ‘Touche pas à mon pote’ est toujours en captivité en Syrie aux côtés de trois autres journalistes français, alors que les figures qui oeuvrent pour l’égalité partout dans le monde sont la cible d’attaques racistes et sexistes, nous ne pourrons tolérer d’être la caution de ce détournement désolant qui n’a pour seul objectif de faire du ‘buzz’ à moindre effort… », ajoute SOS racisme.

La référence est « abjecte » pour la présidente de l’association Osez le Féminisme. Anne-Cécile Mailfert dénonce « 343 mâles dominants qui veulent défendre leur position et continuer de disposer du corps des femmes par l’argent ».

Pour le Parti communiste français, c’est l’appel de « 343 réacs, sexistes et machistes » tandis que l’association Zéro Macho parle de « 343 ringards [qui] se battent pour une cause machiste perdue ». Le « Touche pas à ma pute » traduit « leur mépris pour les femmes dans la prostitution », estime l’association.

« On n’est pas là pour piétiner la mémoire des féministes, comme elles nous défendons la liberté », soutient pourtant Elisabeth Levy qui insiste sur la notion de « consentement » présente dans le texte.

Mais « comment peut-on […] revendiquer comme liberté ce qui en fait la bafoue? », interroge Anne Zelensky, présidente de la Ligue du Droit des Femmes. « Dans cette affaire de prostitution, personne n’est en fait libre : ni la pute ni le client. A part quelques rares exceptions, la majorité des personnes qui se prostituent le font par contrainte économique ou psychologique […] Quant au client, il est pris dans un système de relation homme-femme, fondé sur le malentendu et la peur », écrit-elle.

Nicolas Bedos reconnaît lui aussi que la comparaison avec les 343 salopes est « indécente » et « un peu inconséquente ». Il « regrette » de s’être associé à l’initiative, mais pour lui, « vouloir abolir la prostitution c’est aussi con que de vouloir abolir la pluie ».

Trois quarts des Français (73%) estiment que la lutte contre la prostitution passe par la responsabilisation des clients de prostituées, mais seulement une minorité se prononce pour une amende, selon un sondage TNS Sofres pour le ministère des Droits des femmes, rendu public mercredi. Une proposition de loi doit être examinée fin novembre. Elle prévoit notamment la création d’une amende de 1.500 euros sanctionnant le recours à la prostitution, doublée en cas de récidive.

(source Le Nouvel Observateur, 31/10/13)

Grand débat que celui de la prostitution ….

chat_227.gif (592×32)

~ par Arielle sur 1 novembre 2013.

4 Réponses to “Les 343 salauds…”

  1. Effectivement le débat sur la prostitution est important et existe depuis très longtemps…..Je ne sais pas si je suis bien  » dans le sujet  » , mais je pense que la prostitution est utile voir nécessaire : Elle permet à certains d’assouvir leur besoins sexuels quand ils vivent seuls par exemple . Par contre , je pense que la prostitution devrait être « règlementée  » (ces femmes suivies médicalement par exemple et surtout , les proxénètes le proxénétisme devrait être interdit ( c’est de l’exploitation )

    J'aime

    • Je suis entièrement d’accord avec toi, c’est un mal nécessaire… et un suivi médical en tout cas devrait être respecté, maintenant, comment faire pour éviter le proxénétisme ? comment éviter la traite des femmes ? on les fait venir d’Afrique, des pays de l’est, et autres… on ne parle pas de femmes qui vendent leur corps librement là…

      J'aime

  2. comme tu dis.. grand débat! 😛

    J'aime

  3. Ah oui, des comme ça nous en avons pleins par chez nous, et ceux-là ne sont même pas représentatifs, c’est juste les pseudo-célèbres à grosse tête. Désolé pour eux.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :