22…

« Vingt-deux (22) !  »

Signification : Attention !

Origine : Selon Rey-Chantreau, l’origine de cette expression est inconnue.

Mais Duneton en donne une issue du milieu des typographes pendant la seconde moitié du XIXe siècle.
Ces ouvriers travaillaient dans de grands ateliers où la concentration, donc le silence, était de rigueur afin de diminuer le nombre d’erreurs dans les documents produits.


Lorsque leur ‘contremaître’ (qu’on appelait un prote) s’absentait, le bavardage et d’autres échanges plus ou moins vifs démarraient.
Dès qu’un d’entre eux voyait revenir le prote, il criait « 22 ! » pour avertir ses collègues et faire revenir le silence.

Avant d’expliquer pourquoi ce ’22’, il est intéressant de savoir aussi que lorsque c’était le patron qui apparaissait, le signal devenait « 44 ! », en rapport avec l’importance de la personne.


En imprimerie, la taille des lettres, qui s’appelle le corps, est désignée par des chiffres. Si les corps 9 et 10 sont des tailles ordinaires, le corps 11 commence déjà à être plus grand[1].
Inutile de dire que le corps 22 était d’une dimension largement supérieure et que le 22 était donc tout désigné pour signifier l’importance hiérarchique du chef d’atelier.
Et il pouvait s’utiliser sans trop éveiller l’attention dans un milieu où il était régulièrement nécessaire de le prononcer.
Cela dit, cette origine étant contestable et contestée (pas de référence dans « l’argot des typographes » d’Eugène Boutmy), voici quelques autres hypothèses émises mais non vérifiées :

– La plus souvent citée : en prenant leur ordre numérique dans l’alphabet, la somme des quatre lettres de ‘chef’ donne vingt-deux. C’était donc un signal pour annoncer l’arrivée du patron ;

– La veste des policiers de l’époque comportait vingt-deux boutons (ou, variante, elle en comportait onze, mais comme ils opéraient toujours par deux…). D’où un signal de l’arrivée des policiers ;

– Les truands de l’époque utilisaient volontiers un couteau dont la lame faisait vingt-deux centimètres de long. On avait donc là un signal qu’il fallait dégainer les couteaux ;

– L’expression est une simple déformation de « vingt dieux ! »

Et on peut certainement en trouver encore d’autres.

[1] Le corps 11 était appelé le ‘corps beau’ (« Jeu de mots ! », aurait dit Maître Capello). Et le « 11 ! » servait cette fois à désigner l’arrivée du curé, habillé de noir, comme le corbeau.

chat_227.gif (592×32)

 

Publicités

~ par Arielle sur 3 mars 2014.

4 Réponses to “22…”

  1. Moi je penserai plutôt à cette version :
    « – L’expression est une simple déformation de « vingt dieux ! » Mais pourquoi 20 dieux ? Pourquoi pas 19 ou 27 ?

    J'aime

  2. très intéressant et amusant bel article

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :