Apporter des oranges

Résultat de recherche d'images pour "apporter des oranges à quelqu'un"

Signification : Aller visiter (quelqu’un) en prison ou à l’hôpital.

Origine

Pourquoi des oranges sont-elles le cadeau type dans ce genre de circonstances plutôt que les madeleines, les bêtises de Cambrai ou la tarte au citron meringuée ?

L’histoire commence à cause du sénateur Béranger, qui, à fin du XIXe siècle, fut surnommé le « Père-la-pudeur », roi de la censure et obsédé par la bonne moralité de ses concitoyens (il était un farouche opposant à l’émancipation des femmes et à leur droit au plaisir).
Mais il ne faut pas pour autant être complètement négatif sur ce monsieur : c’est aussi lui qui a fait instituer le sursis assorti aux peines des délinquants primaires non dangereux, leur donnant ainsi une possibilité de se racheter.

Résultat de recherche d'images pour "senateur rené bérenger"

Mais encore une fois, pourquoi des oranges ?
Cela remonte à 1892 où, sur dénonciation de ce sénateur trop moraliste, quatre jeunes demoiselles, dont Marie-Florentine Roger, dite Sarah Brown, furent jugées car elles étaient accusées de s’être montrées presque nues dans les rues pendant le défilé du bal des Quat’zarts (élèves de l’école des Beaux-Arts à Paris, à ne pas confondre avec les ‘Gadzarts’, ingénieurs issus des Arts et Métiers).
L’affaire fit grand bruit à l’époque et, en attendant que le verdict tombe, le poète Raoul Ponchon  composa ces deux vers :

« O! Sarah Brown! Si l’on t’emprisonne, pauvre ange,
Le dimanche, j’irai t’apporter des oranges. »

Résultat de recherche d'images pour "sarah brown ou marie florentine roger"

C’est donc simplement parce que ‘orange’ rime avec ‘ange’ et que c’est un cadeau plus sympathique que des losanges, des phalanges, des mésanges ou des rechanges, qu’on amène maintenant ces fruits aux prisonniers et aux malades.

Finalement, ce jour là, Raoul avait été bien inspiré.
Imaginez un peu les conséquences s’il avait plutôt écrit :
« O! Sarah Brown! Si l’on t’emprisonne, pauvre anodine,
Le dimanche, j’irai t’apporter du tian d’aubergine (Lien externe). »

C’est le même Raoul Ponchon qui, dans un grand moment d’inspiration, avait écrit : « Quand mon verre est vide, je le plains. Quand mon verre est plein, je le vide ».

Résultat de recherche d'images pour "verre à moitié vide"

 

 

 

Publicités

~ par Arielle sur 12 février 2017.

8 Réponses to “Apporter des oranges”

  1. Je ne connaissais pas l’explication mais je reconnais qu’heureusement qu’il fait rimer avec orange.
    Bon dimanche.

  2. Très intéressant cette anecdote

  3. Et puis vaut mieux apporter des oranges que des oronges !

  4. Merci Arielle. C’est toujours très instructif le passage sur ton blog. Pour certaines origines de proverbes et autres, il faut consulter : Les adages…. d’Erasme qui est également une mine de renseignements.

  5. Tu nous en apprends, des choses! Bon dimanche, Arielle!

    • En fait j’en apprends aussi !!! J’aime bien connaître l’origine de ces expressions, que l’on emploie sans savoir d’où elles viennent… Beau dimanche à toi également, gris, gris….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :